Comédie en bleue

Je ne suis pas portraitiste. L’idée de me retrouver face à une personne pour tenter de l’amener à révéler une part de ce qu’elle est me terrifie. Je ne me sens pas – ou ne me sentais pas jusqu’à il y a peu – de légitimité à me livrer à cet exercice éminemment intime.

C’est probablement une question d’éducation. La mienne a été catholique – presque « à l’anglaise » si l’on peut dire : Raie sur le côté, dis bonjour à la dame. Je ne renie pas cette part de moi. Il y a eu du bon dans cette éducation.

Je suis journaliste, photographe. Je réalise des sujets le plus souvent documentaires. J’ai été attiré par ce métier en lisant Tintin, comme beaucoup, bien que je ne me reconnaisse pas dans la tendance de celui-ci à influer sur le cours des événements dont il est témoin.

Voilà. Je me sens un témoin. J’entends que mon métier consiste d’avantage à être, là « au bon endroit au bon moment ». Ce n’est pas autrement que j’envisage mon besoin d’authenticité. Je prends conscience cependant qu’en bien des situations, la vérité se tord et se révèle à nous en fonction de choix que nous faisons, consciemment ou non. Et si je veux témoigner de la vérité d’une personne, je ne peux pas me contenter d’attendre qu’elle me montre le seul visage qu’elle entend me montrer.

De témoin à acteur, il y a un pas que je n’avais jamais envisagé de franchir. Or il me semble percevoir également que tout être est un acteur. Quelle est, à cet égard, la vérité d’une personne photographiée ? Il est, de fait, de mon ressort d’aller chercher cette vérité là où elle se cache. Pour déceler l’acteur, il s’agit donc d’être acteur à son tour.

Manière de se jeter à l’eau, la comédie s’apprend et être photographe de portrait s’apprend comme on apprend à monter sur scène. Passés les trois coups, on est nu face au public, et ce que l’on attend de lui ce sont ses rires, ses larmes, la spontanéité de moments de vie nés de notre seul jeu d’acteur.
C’est terrifiant.
Mais l’obligation dans laquelle on se place de dépasser cette terreur révèle au fond d’elle-même une part de jouissance.

 

_______
Les premières images de cette série ont été réalisées dans le cadre d’un workshop avec Richard Dumas organisé par Eyes In Progress.