EXIL

Depuis le mois d’Août 2014, plusieurs centaines de milliers de familles Chrétiennes et Yézidis ont fui les villes de Mossoul, Qaraqosh et tous les villages de la plaine de Ninive, face à l’avancée de Daesh.

Pour la plupart réfugiées à Erbil, capitale du Kurdistan irakien, ces familles oscillent entre l’envie de quitter définitivement l’Irak et l’espoir de retourner chez elles. En attendant, et malgré quelques belles initiatives, elles sont condamnées à attendre.

Ville de pétrole à l’économie dynamique, Erbil n’est pour autant pas en mesure de fournir du travail à tous, d’autant que se présente un problème de langue. Au Kurdistan, on parle Kurde, or les réfugiés de la plaine de Ninive parlent Arabe. D’où l’initiative de Mgr Mirkis de créer un foyer d’étudiants dans sa ville de Kirkouk pour permettre à environ 400 étudiants de venir étudier à l’université de Kirkouk, où les cours sont dispensés en Arabe.

{EDIT}
A l’automne 2016, a commencé la libération de la plaine de Ninive.
Depuis, certaines familles sont retournées chez elles, retrouvant leurs villes, leurs monuments religieux et leurs maisons détruites.